Procédés

Traitements thermiques

Envoyer Imprimer PDF

Cette opération est généralement liée à la nécessite d’hygiénisation de l’aliment ayant pour objectif la décontamination préventive des bactéries pathogènes éventuellement présentes.

L’aliment sous forme de farine est soumis à des traitements thermiques, notamment par la vapeur.

La problématique de la thermisation de l'aliment date du début des années 90 et s’est amplifiée avec l’accroissement de la législation pour la prévention de la contamination par les salmonelles (Règlement 2160/03/UE).

Le traitement thermique par incorporation de vapeur à de la farine est vite apparu comme le moyen le plus efficace de lutte contre les bactéries pathogènes du type Salmonella.

Il en existe de multiples sortes, que les traitements soient faits en continu ou par la charge. Le principe consiste à porter l’aliment sous agitation à une température voisine de 85°C pendant plusieurs minutes sous l’action de la vapeur. Contrairement aux préparateurs de presses, la vapeur peut être incorporée à plusieurs endroits et les dispositifs de traitement sont systématiquement calorifugés.

Dans les systèmes en continu, la distribution des temps de séjour des particules devra être maîtrisée, afin que toutes les particules subissent le traitement attendu. Ces traitements conduisent à une « granulation humide » par un collage des fines particules sur les plus grosses sous l’action de la vapeur.

En France, l’efficacité bactériolytique de ce type de traitement doit être validée règlementairement pour qu’un site industriel dispose d’un agrément.

D’autres traitements sont envisageables comme l’extrusion, mais qui trouve peu d’applications dans le secteur de la nutrition des animaux, sauf pour les industries du pet-food et du fish-food qui utilisent plus volontiers ce type de façonnage de l’aliment.

Mise à jour le Jeudi, 20 Juin 2013 14:58  

Prochains rendez-vous

< Août >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31