Procédés

Granulation

Envoyer Imprimer PDF

Le processus de granulation consiste à transformer l'aliment sous forme de farine grossière en aliment sous forme granulaire compactée en forme de cylindres. Cette transformation physique de l’aliment à de nombreux avantages, comme la densification de l’aliment (d’environ 40 %) qui engendre mécaniquement l’augmentation de la capacité de stockage ou la réduction des coûts de transport, la réduction de l’émission de poussières ou la meilleure conservation de l’aliment, mais aussi l’augmentation de l’ingéré quotidien des animaux.

Elle a cependant quelques inconvénients, comme des investissements lourds (silos, presse, chaudière, sécheur/refroidisseur, …), des charges énergétiques supplémentaires (électricité et vapeur), ou la variation de la teneur en eau avec incorporation d’eau « libre ».

L’opération de granulation se caractérise par une ligne comprenant différentes étapes successives :

  • Un stockage dans des « boisseaux » en nombre variable, mais généralement 2
  • Une vis d’extraction pour chaque boisseau qui est également la vis d’alimentation qui gère le débit de granulation
  • Un préparateur appelé également malaxeur ou conditionneur, au sein duquel l’aliment est mélangé à la vapeur
  • La presse à granuler

Après la granulation, l’aliment passe gravitairement dans un sécheur/refroidisseur, puis éventuellement un émietteur et un tamiseur. Les fines extraites de l’aliment reviennent sur la presse. En périphérie de la ligne, une chaudière et un réseau de vapeur sont installés.

Les unités de production contiennent, selon leurs tailles, de une à plusieurs lignes de granulation indépendantes. Certaines lignes peuvent avoir des maturateurs après le préparateur, assurant une durée de traitement plus longue. D'autres peuvent comporter des opérations de pré-compressions assurées par des « Boa » ou des expandeurs.

L’alimentation du préparateur, où l'extraction du boisseau, est le plus souvent effectuée par l’intermédiaire d’une vis pilotée par une variation de vitesse. Le débit d’alimentation du préparateur et de la presse à granuler est régulé sur la base d’une consigne d’intensité du moteur de la presse à granuler.

Le préparateur permet le conditionnement de la farine par incorporation en continu de la vapeur dite sèche. Cette préparation modifie les propriétés fonctionnelles, nutritionnelles et hygiéniques (destruction des germes) de l’aliment présent en l’état de farine et facilite l’agglomération de la farine lors de la phase de pressage.

L'injection de la vapeur proche de l’entrée est régulée par une sonde de température placée en sortie, permettant le traitement des aliments entre 40 et 95°C. Le temps de séjour dans le préparateur peut varier de quelques secondes à plusieurs centaines de secondes.

 

Le pressage, ou granulation, s’effectue par le passage de la farine préalablement préparée à travers des filières : soit plates soit plus classiquement sur des presses à filières verticales, annulaires, et tournantes.
Pour comprendre le fonctionnement de la granulation, la farine préparée est amenée après passage sur un magnétique, à l’intérieur d’une couronne métallique perforée de canaux radiants : la filière. Elle est orientée vers la filière à l'aide de déflecteurs et après avoir été comprimé par des rouleaux et extrudé dans les canaux de la filière, le produit ressort à l’extérieur sous forme de cylindres. À la sortie des canaux de la filière, des couteaux fixes assurent le tranchage de ces cylindres, afin de constituer la longueur des granulés.

Lors du passage dans la filière, les contraintes mécaniques qui lui sont exercées génèrent un échauffement supplémentaire du produit.

Le diamètre et la longueur des canaux de la filière sont choisis en fonction de la composition de la formule et du type d’animal auquel l'aliment est destiné (ruminants, porcs, volailles, lapins,…).

La quantité de vapeur injectée dans le préparateur influe sur le débit de production et la consommation électrique de la presse à granuler.

Le processus de granulation est le premier poste consommateur d’énergie d’une unité de production d’aliments du bétail :

  • 50 à 60% de l’énergie électrique
  • 80 à 90 % de la consommation de vapeur
Mise à jour le Jeudi, 20 Juin 2013 14:57  

Prochains rendez-vous

< Octobre >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 Formation TECALIMAN
 Réunion TECALIMAN