Procédés

Broyage

Envoyer Imprimer PDF

L’objectif du broyage est d'amener toutes les particules composant une formule à une granulométrie voisine, en consommant le moins d’énergie possible. La proximité granulométrique favorise par la suite, l’obtention de mélanges homogènes et stables. La finesse de la mouture favorise la cohésion des granulés et le rendement électrique de la presse à granuler.

Sauf contraintes de conception de l'usine, seules les matières premières présentées sous forme de grains ou de granulés de granulométries supérieures à celle désirée sont broyées. Les matières premières déjà présentées sous forme pulvérulente, les rejoindront au niveau du mélange.

Le broyeur le plus employé en alimentation animale est le broyeur à marteaux.

D'autres types de broyeurs (à cylindres, à disques, à palettes, …) peuvent être occasionnellement utilisés sur certains sites, mais leur emploi reste marginal. Les broyeurs à cylindres, classiquement employés en meunerie, démontrent un intérêt pour obtenir des distributions granulométriques précises pour certaines matières premières broyées individuellement et trouvent un usage en prébroyage ou sur une utilisation spécifique de grosses granulométries type aliments pondeuses farines.

Dans chaque usine, un ou plusieurs broyeurs sont utilisés en fonction des débits souhaités pour ce poste. L’alimentation de chaque broyeur comprend un boisseau avec à sa base une vis d'extraction qui assure l'alimentation du broyeur. Sa vitesse de rotation définit le débit du broyeur.

A l’entrée de la chambre de broyage, les produits sont expurgés de tous les corps étrangers : les particules métalliques par un aimant (appelé magnétique) et les particules les plus denses (pierres) par un épierreur fonctionnant à l’aide d’un flux d'air.

Cette extraction des particules métalliques et des pierres assurent une protection efficace du broyeur contre les explosions, en limitant l'apparition d'étincelles qui pourraient se produire si ces particules entraient dans la chambre de broyage.

Cette chambre de broyage est délimitée par une grille percée de trous cylindriques, calibrant la taille granulométrique finale souhaitée. Les particules sont pulvérisées par des marteaux mobiles réversibles fixés sur des disques solidaires d’un axe mis en rotation généralement de 1500 à 3000 tr/mn.

Entre les disques et les marteaux, des contre marteaux fixes peuvent être présents.

Une forte dépression générée par une aspiration dans la trémie sous broyeur, assurée par un flux d’air important contribuant aussi au fonctionnement de l’épierreur, extrait les particules de la chambre de broyage au travers de la grille lorsqu’elles ont atteint la bonne taille.

L’air, entraîné avec le produit est ensuite séparé du broyat le plus souvent par filtration dans une batterie de manches installées au plafond de la trémie sous broyeur. Le décolmatage des manches est assuré par un système d'injection séquentiel d’air comprimé à 6-8 bars.

Dans sa partie basse, la trémie sous broyeur est pourvue d'un système de transfert (généralement une vis) assurant l'évacuation des produits broyés. Cette évacuation est parachevée par un système d’écluse, qui empêche que l'air capté par le ventilateur ne provienne du circuit aval du broyeur.

Mise à jour le Jeudi, 20 Juin 2013 14:26  

Prochains rendez-vous

< Février >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        
 Formation TECALIMAN
 Réunion TECALIMAN