Procédés

Réception

Envoyer Imprimer PDF

De multiples matières premières arrivent dans une usine : grains, granulés, pulvérulents, liquides, …

Celles dont le taux incorporé est supérieur à 1% sont appelées macro-ingrédients. Elles sont distinguées de celles qui seront introduites en très faibles quantités qualifiées de micro-ingrédients.

Toutes les matières premières arrivent par camions ou, plus rarement, par trains.

Les grains et granulés sont déversés dans des trémies de réception et transférés par voies mécaniques dans les unités de stockage.

Les micro-ingrédients peuvent se présenter sous formes assemblées appelées prémix conditionnés en vrac, en big-bag ou en sacs.

Les pulvérulents vrac (Phosphates, carbonates, urée, sel, …) sont transférés, la plupart du temps, par des systèmes pneumatiques.

Les macro-liquides sont pompés vers leurs cuves de stockage externes et les micro-liquides sont souvent livrés en cubitainers (IBC).

Dans le cas où l’usine fabrique des aliments médicamenteux sous prescription vétérinaire, elle recevra des prémélanges médicamenteux, généralement en sacs, qui seront stockés dans un local spécifique et d’accès limité.

A l’arrivée des camions de livraison, ceux-ci sont pesés et un premier contrôle qualité est effectué, ce qui déterminera l’affectation de stockage précise dans l’usine. L’usine peut exiger des organismes de livraison, une certification de Qualimat transport.

Les points d’entrée des matières premières dans les usines sont multiples. Un plan de circulation guide vers les lieux de déchargement. Pour certaines matières premières, des clés d’accès permettent aux chauffeurs-livreurs de ne pas se tromper de lieu de déchargement et donc de destinations.

Les matières premières sont systématiquement échantillonnées à réception pour la réalisation de contrôles rapides avant déchargement (humidité, impuretés, contaminations microbiennes, teneurs spécifiques, caractéristiques biochimiques majeures, …). Ces échantillons seront gardés pendant six mois en échantillotèque.

 

Des contrôles complémentaires sont effectués à postériori dans des laboratoires. En plus des contrôles internes, une aide complémentaire est souvent apportée par des organisations externes (www.qualimat.org) qui permettent l'analyse de certaines matières premières au niveau des zones portuaires.

Il en existe d'autres qui fédèrent les résultats d'analyses (www.oqualim.fr), ce qui permet aux industriels une plus grande couverture dans l'évaluation des risques. Cette gestion des risques, liée à la présence potentielle de substances pouvant générer des conséquences sur la santé des consommateurs, est l’un des développements majeurs des années 2000 dans le secteur de l’alimentation animale.

Les résultats des contrôles peuvent avoir des conséquences variables : refus d’achat, traitements spécifiques (décontamination, séchage, …), réfaction (paiement de la matière première en dessous du prix négocié), focalisation du fournisseur, audits fournisseur, modification des bases de données (bases infrarouge), …

Mise à jour le Mardi, 25 Juin 2013 07:09  

Prochains rendez-vous

< Août >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31